Chronique du 02 avril 2020

— Salut Raymond.

— Salut mon auteur. Come stai stamattina ?

— Va tutto bene. Et toi ?

— Nous commençons à tourner en rond entre les applications. Constant radote à raconter sa bataille de Reichshoffen, Eugène est dans son missel, Pierre nettoie son œil de verre toute la journée et Madeleine, je ne connais toujours pas le contenu de sa lettre. Dis-moi mon auteur, la famille voudrait savoir, quand vas-tu poursuivre nos aventures ? Nous voudrions bien détendre le temps du fil à linge où tu l’as épinglé, et retrouver tes pages blanches.

— Doucement mon héro délégué, nous sommes toujours confinés et il y a peu de chance d’en sortir avant la fin de ce mois. Des bruits circulent que les primaires et les collèges ne reprendraient pas l’année scolaire. Hier en réunion vidéo, nous avons réfléchi à l’organisation des centres de loisirs pour les vacances de printemps. Pour cette période, il n’y a pas d’interrogation, nous serons en service d’accueil des enfants du personnel soignant, une dizaine tout au plus. Cela se complique pour cet été. Tous les ans l’association organise des séjours un peu partout en France pour toutes les tranches d’âge, de la maternelle aux ados. Que faire pour ce temps estival ? Aurons-nous l’autorisation de faire partir des groupes d’enfants ? Aurons-nous le temps de tout mettre en place ? Trouverons-nous suffisamment de jeunes pour encadrer ces séjours, les étudiants, les lycéens seront-ils disponibles en juillet ? Autant, et d’autres nombreuses, questions auxquelles nous ne pouvons pas apporter de réponses. « Au temps suspend ton vol » ! Bah je peux te dire mon Raymond, ce serait bien qu’il redescende sur terre celui-là !

— Alors, ce n’est pas pour demain la suite du roman ?

— Le temps est suspendu mais je dois dire que j’en manque quelque peu. Le confinement m’amène plus de contraintes à la maison. Avant dans la journée, « j’étais tranquilles, j’étais peinard ». Actuellement « Laisse béton » ! Les visio-conférences presque chaque jour, le collège à la maison tous les jours, l’entrainement de foot ou les parties de raquettes l’après -midi dans le jardin, trois à table tous les midis et quatre le soir, ce n’est pas une vie de retraité ça ! Déjà que ma vie est bien active en temps normal. « Au temps suspend ton vol » S’il te plait le temps, tu veux bien reprendre un EasyJet ou un vol Air France, je paierai la différence ? Un Ouigo ferait l’affaire, même un vélo. Un vélo, le rêve. Pouvoir partir le long de la Seine entre Le Val d’Hazey et les Andelys sur le chemin du Roule. Voir les ragondins, les hérons, les couleuvres et humer le printemps qui s’éveille au rythme du pédalier. Revenir par Bernières, et Villers, sans attestation ni risque de prendre une prune de cent trente-cinq euros… En chemin, une pose au lac de Bernières ou celui de Tony. Un sandwich, une bière ou un coup de rosé avec les copains, sans oublier le café au chaud dans le thermos avec deux, voire trois si affinité, carrés de chocolat noir à la pointe de sel… Eh les copains, on devait faire une sortie ensemble avec nos VAE (pas la validation des acquis d’expérience, non, nos vélos à assistance électrique)… Ce n’est pas gagné pour ce printemps.

— Incroyable, te voilà à délirer sur une selle de vélo ! J’aurai tout lu. Mon auteur rêvant de faire du vélo. Grave ! Tu files un mauvais coton mon coco. Va falloir t’interner.

— Pitié, je suis déjà confiné de la tête aux pieds.

— Allons cesse de geindre et de te plaindre. Il y a pire que toi.

— Ouais. N’empêche.

— Regarde autour de toi. Tiens tu veux que je te donne des exemples ?

— Tu les as relevés dans ta banque de données ?

— Non en écoutant tes conversations.

— C’est du propre, je suis sur écoute maintenant.

— Faut bien s’occuper quand on est enfermé. Donc je te disais, regarde ta copine Cathy. Tout juste retraitée et des idées plein la tête. Comme toute personne « nouvel accédant » à ce statut, elle a plein de projets, d’envies, de désirs enfouis qui émergent et submergent. Hyper activité pour certains, farniente prolongée pour d’autres, ça dépend des personnes. Toujours est-il que Cathy c’est plutôt du genre hyper activité. Que je saute d’un club peinture à un club marionnettes, d’une permanence bibliothèque à une commission municipale. Et les coucous à la copine d’ici ou de là-bas, sans oublier les trajets pour ravitailler son ti-gars étudiant. Je ne me moque pas, le moindre interstice de temps est mis à contribution pour satisfaire le besoin de faire autre chose, de faire sans obligation que celle que l’on se donne. Enfin ! Faire ce que je veux, quand je veux, à la vitesse que je veux, avant « notre fin » programmée à trente ans de retraite tout au plus. À quoi en est-elle réduite ces temps-ci ? À fouiller dans la remise pour y dénicher un vieux pot de peinture qui sera blanche car souvent ne survit au temps (qui suspend son vol …) que le pot de peinture blanche. Ce sera en blanc le palier de l’étage. « Ça éclaircit, c’est bien ». Défi relevé ! La maison va blêmir à ce rythme.

— Tu as raison Raymond. C’est surprenant le nombre de vieux pots de peinture qui sortent des remises ces temps-ci. Et souvent les seuls utilisables sont ceux de peinture blanche. Nos maisons vont devenir des hôpitaux. Chez certains ça devient un asile.

— De « cons finis ».

— Bof, on l’a déjà faite hier celle-ci.

— Je n’ai rien de nouveau dans le genre à te proposer mon auteur. Pas question d’aller faire le marché des vannes. Elles sont fermées.

— Re bof, tu as raison, je devrais peut-être te sortir du confinement et t’écrire à nouveau.

— Quand tu veux, tu détends le temps.

— Attends, il y a un temps pour tout.

— J’attends. À demain mon auteur

— À demain Raymond. Bises virtuelles à la famille et restez chez vous !

Commentez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s