Chronique du 28 avril 2020

— Salut Raymond.
— Salut mon auteur. De plus en plus matinal dirait-on ?
— Oui, les cours reprennent effectivement virtuellement ce matin. Le premier est à neuf heures donc…
— Tu dois laisser le clavier pour cette heure.
— Tout juste Raymond !
— Tu vas faire « ouf » le 11 mai.
— Déjà ce ne sera que le 25 pour Matthieu car il est en cinquième, ensuite allons-nous l’envoyer au collège ? Nous nous questionnons comme de nombreux parents. Hier, Stéphanie en échangeait avec Karine, sa mère, au téléphone. Elle a trois gamins, un au collège en sixième, une en CE2 et le petit dernier qui n’est pas scolarisé, il a deux ans et demi. La question de savoir si elle remettrait sa fille, leur a été posée par l’école primaire.
— Dans quelles conditions ?
— D’une, c’est encore très flou, de deux, ce serait deux jours d’école par semaine. Avec son mari, ils ont décidé que les enfants ne retourneraient pas en classe avant septembre. Pour eux il y a trop d’inconnu, trop de risques d’être contaminé par le Covid 19.
— Et vous ?
— Pour Léa c’est réglé ; l’université reste fermée. Pour notre collégien ? Nous lui avons posé la question. Il n’est pas très chaud pour retourner en classe. Il souhaiterait retrouver ses copains mais a peur de choper la maladie et surtout de la ramener à la maison entre les pages de ses cahiers.
— Et vous ?
— Nous ? Incapable de te dire. Parfois oui, parfois non ! Cette reprise est basée sur le volontariat. Comment la présence ou l’absence physique d’un élève va-t-elle être perçue par l’équipe enseignante ? Comment vont continuer de fonctionner les cours à distance au-delà du 11 mai ? Ce sont aussi les interrogations que nous avons. Je pense qu’il est prématuré de le dire. Il faut attendre d’en savoir plus sur les modalités de cette reprise pour prendre une décision. Des réunions vont avoir lieu cette semaine pour définir les conditions de ces retours en classe. Lundi prochain l’essentiel devrait être calé. Sachons être patients !
— J’ai vu dans les informations en ligne que la CGT et d’autres syndicat d’enseignants demandent un report de la rentrée à septembre en argumentant, pour certains, sur la mise en danger des professeurs.
— C’est exact Raymond. Heureusement que les personnels soignants, les travailleurs sociaux, les caissières, … ne se sont pas arrêtés à cette approche, mais se sont engagés avec une volonté de solidarité. J’ai une pensée toute particulière pour ces femmes et ces hommes qui sont chargés de l’entretien dans les bureaux, les usines, les magasins, les cages d’escalier des immeubles, les résidences pour les jeunes et celles pour personnes âgées. Tous ces employés, souvent payés une misère, pour nettoyer, désinfecter des centaines de fois les clenches, les banques d’accueil, les portes, les claviers d’ordinateur, les combinés de téléphone… Je pense à ces femmes et ces hommes qui ont, par leur travail très souvent éreintant et déconsidéré, évité que le corona ne se propage de main en main. Heureusement qu’ils sont restés malgré les risques encourus. Tu sais Raymond, dans les résidences jeunes que gère l’association que je préside, il y a près de trois cents logements dont la majorité ne dépassent pas les treize mètres carrés. Certains ne sont que des chambres sans coin pour cuisiner. Les résidents utilisent des cuisines partagées. Deux cas de suspicion de contamination depuis le début de la crise sanitaire, deux ! J’allais ajouter seulement… Beaucoup des jeunes accueillis ne lisent ni ne parlent notre langue. Deux cas, qui après quinze jours de stricte quarantaine, ont repris une vie de confiné lambda. Je crois que s’il n’y a eu que deux cas, c’est grâce aux centaines de fois que les portes d’entrées des résidences, les rampes d’escalier, les boutons des cuisinières et ceux des hottes aspirantes ont été désinfectés par ces personnels masqués, gantés, en sueur sous leur blouse et leur charlotte pour un smic et une reconnaissance trop souvent au minimum même pas garanti ! Je peux t’assurer que nous leur sommes reconnaissants de se mettre en risque chaque jour afin d’éviter l’« écueil » de la contamination aux autres.
— Certes mon auteur, mais doit-on exposer les professeurs, les élèves et leur famille à la menace d’une contamination si on peut reculer la rentrée à septembre ?
— En effet mon syndicaliste de toutes les causes. Mais comment fait-on pour ne pas oublier les oubliés ? Ces gamins sans soutien familial pour travailler, avec juste le smartphone d’un parent et parfois rien de rien, ces enfants qui demeurent dans des zones blanches et ceux des zones de non-droit. Comment fait-on pour ne pas oublier les oubliés ? De nombreux parents retournent progressivement au travail. Comment s’organisent-ils avec leurs jeunes enfants à la maison ? Comment vont-ils faire les jours où ils n’auront pas d’école et, déjà aujourd’hui, comment font-ils ? Ces enfants, ces familles ne sont-ils pas ceux et celles les plus en risque de contamination ? Comment fait-on pour ne pas oublier les oubliés ?
— Alors que fait-on mon auteur ?
— On pense solidarité ! On agit fraternité ! On fait République ! Sans ambages et sans précipitation, sans Marseillaise et sans drapeau, juste avec ce qu’il faut d’engagement et d’intérêt pour et avec les autres ! On fait pour ne pas oublier les oubliés ! Tout cela ne tient pas entre les mains d’un gouvernement ou d’un Président de la République. Tout cela est entre nos mains, à chacune et chacun ! Reste à imaginer les formes, le comment, le lendemain… et c’est difficile, très difficile ! On a le sentiment d’interrogations contradictoires et d’une relative impuissance…
— Il est bientôt l’heure mon auteur.
— Exact Raymond. Je vais laisser ma place au clavier.
— À demain.
— À demain Raymond et tout en prenant soin de nous, mes héros confinés, ouvrons nos mains et nos esprits !

Accès aux Nouvelles de Jean-François Rottier : lien

Accès aux Nouvelles de Patrice Colasse : lien

Accès aux Tableaux d’André Liberprey : lien

Accès à la Parabole de Bernard Lebeau : lien

Commentez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s