Chronique du 24 mars 2020

— Eh, oh eh mon auteur, tu es là ? — J’arrive Raymond, je finissais de lire le résumé de l’intervention d’Édouard Philippe hier soir sur TF1. — Parce que tu ne l’as pas vu à la télévision ? — Non, nous étions sur la 2 pour les informations. Ça fait des années que je ne regarde pas le journal téléLire la suite « Chronique du 24 mars 2020 »

Chronique du 25 mars 2020

— Raymond, tu es là ? — Oui, il est 7h, j’ai mis mon réveil comme chaque matin depuis le début du confinement pour avoir tes infos. — Chut ! Ne fais pas tant de bruit, toute la maison est encore endormie. En plus, il fait froid ce matin dans la maison. Il a gelé dehors. J’ai rallumé le feuLire la suite « Chronique du 25 mars 2020 »

Chronique du 26 mars 2020

— Salut Raymond — Salut mon auteur. Dis c’était Noël hier. — Pourquoi donc ? — Vingt-cinq ordonnances le vingt-cinq du mois, dommage ce n’est pas décembre ! — Bof, pas terrible ta blagounette bien que… Vingt-cinq ordonnances, du jamais vu depuis De Gaulle en 1958. Il ne fait pas dans la dentelle notre Jupiter. — Les médicaments prescrits sont costauds et lesLire la suite « Chronique du 26 mars 2020 »